Hommage à Claude Seignolle

LGO70
Un numéro de la revue La Grande Oreille, spécial Claude Seignolle. C’est l’hommage que nous avons voulu lui rendre pour ses 100 ans. Sur le site de la revue, retrouvez des archives « seignollesques » (vidéos, podcasts, témoignages…). 

 

« C’est à Périgueux, dans un Périgord truffé du passé le plus ancien, celui des civilisations longtemps dites antédiluviennes que ma mère me porta en ventre, de septembre 1916 au 25 juin 1917, à quinze heures très précises, les trois coups d’horloge frappant les toits de la basse ville et annonçant le lever du rideau sur le spectacle que j’allais jouer dans la vie. Chaque jour de sa croissante grossesse, elle se livra à de vaillants exercices pédestres, car elle n’a jamais su tenir en place, et promena le docile fœtus que j’étais, l’imprégnant d’ambiances extérieures qui décidèrent de mes goûts futurs, tant il est vrai qu’un embryon subit non seulement l’héritage chromosomique mais encore les influences, le milieu et les humeurs d’autrui […] J’affirmerais donc que ce fut là, là et là que je pris intra mater les premiers frissons du mystère et les virus de l’archéologie […]  J’arrivais sous le signe rongeur mais fécond des aventuriers, le Cancer, et gesticulais à défaut de paroles pour, déjà, décrire l’épopée fœtale que je venais de vivre, débarquant dans les bras d’Augusta, ma grand-mère, le seul être de la famille qui croyait possible les histoires impossibles et qui dut sentir tout de suite le petit complice que sa fille lui offrait pour combler sa solitude de croyante aux contes. » Claude Seignolle, Une enfance sorcière.

Comments are closed.