Sous les pavés les livres

22 mai 2018

Le 2 juin, je serai au premier salon littéraire de Senlis, en excellente compagnie…

Les Imaginales d’Epinal 2018

22 mai 2018

Je serai aux Imaginales d’Epinal du 24 au 26 mai.

Mes interventions :

Jeudi 24 mai à 18h : Sur la trace des fées des Vosges

Vendredi 25 mai à 18h : Enquête sur les dragons

Les Témoins d’Outremer

2 mai 2018

Petit souvenir de mon passage dans l’émission Les Témoins d’Outremer le mercredi 11 avril sur France Ô. Un bon moment avec une équipe et des invités très sympathiques.

Les oeufs de Pâques

Avril 2018

Pâques, la suite… « La tradition des œufs de Pâques offerts aux enfants apparaît en Alsace dans le dernier quart du xve siècle puis s’étend au reste du pays au xvie siècle dans les cours royales. Cette coutume, qui deviendra familiale, n’a aucune origine religieuse et rien ne permet de penser qu’il s’agit d’une survivance antique. Il s’agirait plutôt d’une invention du Moyen Age, non intégrée par l’Eglise, sans quoi ces œufs seraient bénis.

Au xixe siècle, selon les régions, on les teint ou on les décore ; cette tradition permet d’écouler une partie des œufs non consommés pendant le carême. Toutefois, on évite de se servir de la ponte du Vendredi saint dont on dit dans l’Yonne qu’elle est impossible à peindre.

Vers la fin du xixe siècle, les œufs de Pâques se transformeront en friandises, faits de sucre ou de chocolat. Une gamme de sucreries qui s’étendra et se diversifiera jusqu’à nos jours. » (Dictionnaire de la France mystérieuse)

Les oeufs du Vendredi saint

Mars 2018

Les œufs pondus le Vendredi saint ont un pouvoir particulier, toujours largement évoqué au XIXe siècle. Naturellement bénis par le caractère hautement sacré de cette journée, qui est pour les chrétiens celle de la mort du Christ, ils sont dotés de nombreuses vertus magiques, mais il ne faut en aucun cas les manger le jour même : on y trouverait dedans des serpents ou des crapauds. En revanche, il est recommandé de consommer ces œufs le dimanche de Pâques. Selon une croyance assez répandue, cela préserve des maladies et des maléfices. (Dictionnaire de la France mystérieuse)

La magie de Noël

Sans titre20 décembre 2018

La fête de Noël, dont le nom dérive du latin natalis (naissance), célèbre l’incarnation de l’enfant Jésus sur la terre. Aucun texte n’en donnant la date – Luc et Matthieu, les deux évangélistes qui évoquent la naissance du Christ, n’en précisent ni le mois, ni le jour –, l’Église de Rome était libre de la choisir. Vers le milieu du ive siècle, elle fixera cet événement au 25 décembre, date du solstice d’hiver dans le calendrier julien. Le dies natalis solis invicti, ou « jour de naissance du soleil invaincu », auquel on avait associé la naissance de Mithra, divinité solaire d’origine perse particulièrement vénérée des légionnaires romains, devint aussi le jour de la naissance du Christ, auquel on associa la « lumière du monde ». Du Moyen Age au xixe siècle, parallèlement à sa liturgie, la période de Noël constitue un temps fort des croyances et pratiques magiques dont une grande partie échappe au christianisme.

Extrait du Dictionnaire de la France mystérieuse

Poltergeist

16 décembre 2018

Photo de la rue des Grès à Paris avant sa disparition. Il s’y passa un étonnant poltergeist en 1849. Des jets de pierres s’abattirent durant trois semaines sur la maison d’un marchand de charbon et de bois.  Je viens d’enregistrer une émission pour France Culture sur ces phénomènes et quelques autres lieux légendaires parisiens. Elle sera diffusée le 31 janvier.

Rencontres de l’Imaginaire de Sèvres (92)

8 novembre 2017

J’aurai le plaisir de dédicacer mes ouvrages lors de ces rencontres.

 

Rencontres du légendaire de Maintenon

10 octobre 2017

AfficheLegendaire-web

Les 28 et 29 octobre, je participerai aux Rencontres du Légendaire de Maintenon (Eure-et-Loir).

Le Samedi 28 octobre à 17h,  Noëlle Bréham, Pierre Dubois, Ioan Miège et moi-même débattrons de cette question ô combien existentielle 🙂 : Peut-on croire à l’existence des fées ?

Programme détaillé

Librairie Saint-Pierre de Senlis (Oise)

9 octobre 2017

Samedi 14 octobre à 19h30, j’aurai le plaisir d’animer la rencontre avec Sébastien Spitzer pour son roman Ces rêves qu’on piétine.

Spitzer“Sous les bombardements, dans Berlin assiégé, la femme la plus puissante du IIIe Reich se terre avec ses six enfants dans le dernier refuge des dignitaires de l’Allemagne nazie. L’ambitieuse s’est hissée jusqu’aux plus hautes marches du pouvoir sans jamais se retourner sur ceux qu’elle a sacrifiés. Aux dernières heures du funeste régime, Magda s’enfonce dans l’abîme, avec ses secrets. Au même moment, des centaines de femmes et d’hommes avancent sur un chemin poussiéreux, s’accrochant à ce qu’il leur reste de vie. Parmi ces survivants de l’enfer des camps, marche une enfant frêle et silencieuse. Ava est la dépositaire d’une tragique mémoire : dans un rouleau de cuir, elle tient cachées les lettres d’un père. Richard Friedländer, raflé parmi les premiers juifs, fut condamné par la folie d’un homme et le silence d’une femme : sa fille. Elle aurait pu le sauver. Elle s’appelle Magda Goebbels.”

Hommage à Claude Seignolle

28  septembre  2017LGO70
Un numéro de la revue La Grande Oreille, spécial Claude Seignolle. C’est l’hommage que nous avons voulu lui rendre pour ses 100 ans. Sur le site de la revue, retrouvez des archives “seignollesques” (vidéos, podcasts, témoignages…). 

« C’est à Périgueux, dans un Périgord truffé du passé le plus ancien, celui des civilisations longtemps dites antédiluviennes que ma mère me porta en ventre, de septembre 1916 au 25 juin 1917, à quinze heures très précises, les trois coups d’horloge frappant les toits de la basse ville et annonçant le lever du rideau sur le spectacle que j’allais jouer dans la vie. Chaque jour de sa croissante grossesse, elle se livra à de vaillants exercices pédestres, car elle n’a jamais su tenir en place, et promena le docile fœtus que j’étais, l’imprégnant d’ambiances extérieures qui décidèrent de mes goûts futurs, tant il est vrai qu’un embryon subit non seulement l’héritage chromosomique mais encore les influences, le milieu et les humeurs d’autrui […] J’affirmerais donc que ce fut là, là et là que je pris intra mater les premiers frissons du mystère et les virus de l’archéologie […]  J’arrivais sous le signe rongeur mais fécond des aventuriers, le Cancer, et gesticulais à défaut de paroles pour, déjà, décrire l’épopée fœtale que je venais de vivre, débarquant dans les bras d’Augusta, ma grand-mère, le seul être de la famille qui croyait possible les histoires impossibles et qui dut sentir tout de suite le petit complice que sa fille lui offrait pour combler sa solitude de croyante aux contes. » Claude Seignolle, Une enfance sorcière.

Salon des littératures maudites

IMG_0172

12 septembre 2017

Un excellent moment à la médiathèque de Voyelles de Charleville-Mézières les 9 et 10 septembre. Un grand merci à Thibaut Canuti pour son accueil particulièrement chaleureux et un grand bravo pour l’organisation de ce salon qu’il dirige avec beaucoup de talent et de bonne humeur.

Trolls et légendes 2011

Avec Christian Bureau, le maître d’arme d’Arthur dans la série Kaamellot d’Alexandre Astier.
Un petit coucou en passant à mon copain John Lang, le créateur de Naheulbeuk.

Imaginales d’Epinal 2008

Avec mon ami, l’excellent écrivain Francis Berthelot.

Imaginales d’Epinal 2007

En dédicace des trois volumes du Grand Légendaire de France.
Avec mon ami Juan Miguel Aguilera dans la superbe exposition de Pierre Matter (à droite)