Superstitions et croyances des pays de France

Livre épuisé 

Au diable qui hante nos campagnes, change les hommes en loups, et conclut des pactes trompeurs ? Aux sorciers qui courent les sabbats, parlent aux animaux et maîtrisent mille sortilèges ? Aux forces de la nature qui peuplent nos contrées de lutins, de fées et de bêtes légendaires ? A la mort et son cortège de revenants – Ankou, Cavalier noir, Dames blanches – sinistres annonciateurs de catastrophes ?
C’est à ces questions que répond ce livre, en s’appuyant sur les récits collectés par les folkloristes d’hier et d’aujourd’hui à travers toutes les provinces de France. Marie-Charlotte Delmas nous restitue ces histoires qui nous parlent de nos racines, et, ce faisant, dit aussi les rites millénaires qui les traversent, mélange de paganisme et de traditions chrétiennes. Car à chacune de ces peurs répond un geste pour la conjurer, différent en Anjou, en Provence, en Bretagne ou ailleurs. Nourri d’une imagerie populaire d’une insoupçonnable richesse, ce livre dessine les contours d’une France aux croyances et aux superstitions toujours vivaces.

 

Extraits de l’ouvrage

L’ENFER

Selon une croyance fort répandue, l’Enfer si situe au centre de la terre. Cependant, nombre de légendes autour de certains lieux du terroir laissent à penser que le royaume des ténèbres n’est pas si  éloigné que cela de la croûte terrestre. Des sources et des lacs semblent en relation directe avec l’Enfer. Les Ariégeois prétendent que lorsqu’on lance une pierre dans un petit lac du massif de Saint-Barthelemy, il en sort des nuées diaboliques qui ne tardent pas à faire apparaître l’orage. Il en va de même dans le Roussillon pour les étangs de Nohédes du pays de Conflent.  Ceux-ci ont, en outre, la sinistre réputation d’abriter des truites monstrueuses qui ne sont autres que des démons. Certains récits entourant des grottes ou des puits, les présentent également comme des portes de l’Enfer. Mais, si l’on en croit le nombre impressionnant de lieux auxquels sont attachés le nom du Diable, de rochers sur lesquels il a laissé l’empreinte de ses mains ou de ses sabots, de pierres qu’il a déplacées, de monuments qu’il a construits, on peut se demander si Satan ne trouve pas plus d’attraits à la terre des humains qu’à son royaume souterrain.

 

DESTINATION ENFER

La route de l’enfer est grande, large, bien entretenue ; elle invite le voyageur à la prendre. Elle est jalonnée de quatre-vingt-dix-neuf auberges dans chacune desquelles on doit faire une station de cent ans. Des servantes aimables et jolies, comme le diable seul peut en avoir, y versent des liqueurs variées qui deviennent d’une saveur de plus en plus agréable à mesure que l’on approche de l’enfer. Si le voyageur résiste à la tentation d’en boire avec excès et peut arriver à la dernière auberge sans être ivre, il est libre de retourner sur ses pas : l’enfer n’a plus de droits sur lui. Mais, dans le cas contraire, on le pousse dans l’auberge, où l’attend, en guise de rafraîchissement, un horrible mélange de sang de couleuvre et de sang de crapaud. Désormais, il appartient au diable et tout est fini.
[Anatole Le Braz, La Légende de la Mort chez les Bretons Armoricains, 1902]

 

Quelques extraits de presse…

« SOS patrimoine en danger ! Avant qu’elles ne disparaissent de la mémoire populaire, Marie-Charlotte Delmas a  prêté l’oreille à un grand nombre d’histoires étranges, de superstitions et autres sortilèges qui couraient autrefois dans nos régions. Résultat de sa cueillette : ce grimoire magnifiquement illustré dans lequel se côtoient fantômes, sorcières, fées, lutins, animaux fabuleux et formules magiques. Outre que l’on y apprend à reconnaître le diable déguisé en loup, ou bien les différentes méthodes d’envoûtement (résultat non garanti), ce livre nous offre surtout une passionnante plongée dans notre folklore. Au passage, vous glanerez quelques histoires effrayantes à raconter à vos amis. De préférence le soir, à la lueur d’une chandelle, cela va de soi…  » (Science et Vie Junior, juillet 2003)

« La France est baignée de folklores locaux, de superstitions liées à un terroir et de légendes séculaires qui ont fait trembler des générations d’amateurs d’histoires. Grande spécialiste des croyances populaires, Marie-Charlotte Delmas signe un beau livre, richement illustré, qui distingue cinq grand thèmes : les forces et les créatures légendaires de la nature, les mille et un tours du diable, les sorciers, la mort dans toutes ses représentations et enfin, les revenants. A lire pour poser un autre regard sur les campagnes de nos vacances… » (L’Alsace, Le Pays de Franche-Comté, juillet 2003)